La gonarthrose ou l’arthrose du genou chez le sportif

La gonarthrose, communément appelée l’arthrose du genou s’avère plus fréquente chez les sportifs. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène: une surutilisation, les impacts à répétition, les blessures récidivantes.

L’activité physique est bonne pour la santé du cartilage

Malgré cette incidence accrue, les lignes directrices continuent de recommander l’exercice physique comme traitement principal. Plusieurs études publiées récemment ont démontré l’effet bénéfique de l’activité physique sur la santé du cartilage (dureté de la matrice, concentration accrue des protéoglycanes, augmentation de l’épaisseur du cartilage).

Ces études ont également démontré qu’un programme d’exercices adaptés était souvent plus efficace qu’une chirurgie arthroscopique. Ainsi, il ne faut pas décourager les sportifs à le rester, mais plutôt les inciter à modifier leurs habitudes en choisissant des activités mieux adaptées à leur condition.

Quels exercices choisir?

À éviter

D’abord, il est important d’éviter les impacts répétés (sauts, jogging, coups directs). Ensuite, chez les patients symptomatiques, il sera préférable d’éviter les activités prolongées ou excessives (marathon, triathlon).

À encourager

Il faut encourager les périodes de repos de façon à donner le temps au cartilage de se refaire. Finalement, le patient sportif devrait demander à son physiothérapeute d’établir un programme d’exercices orienté sur la mobilité et le renforcement.Certains outils, tel l’appareil KneeKG, peuvent aider à corriger les patterns défectueux responsables d’une usure prématurée.

Période aiguë (genou rouge, enflé et non fonctionnel)

En période aiguë, une médication anti-inflammatoire et la physiothérapie orientée sur les modalités antalgiques devraient permettre de contenir la crise douloureuse. Si celle-ci dure plus de deux semaines, il ne faut pas hésiter à recourir à l’infiltration de cortisone. Évidemment, il ne faut pas s’attendre à ce que ces infiltrations guérissent l’arthrose définitivement, mais elles permettent toutefois de sortir plus rapidement de la crise inflammatoire, et ainsi reprendre les exercices thérapeutiques.

Sulfate de glucosamine efficace pour l’arthrose

Certaines études auraient montré l’efficacité du sulfate de glucosamine dans la gonarthrose. Du fait que le cartilage n’est pratiquement pas vascularisé, le pourcentage du produit ingéré oralement qui à la fin se retrouvera dans l’articulation sera probablement minime. De plus, il ne faut pas s’attendre à des résultats significatifs avant une période de 3 à 4 mois.

Répercussions de la viscosuppléance

Quant à la viscosuppléance (Synvisc, Durolane, Orthovisc, Monovisc et autres), elle aura des répercussions, non seulement sur la douleur, mais aussi sur la fonction. On rapporte de plus la possibilité d’un effet chondroprotecteur à long terme, ce qui permettrait  ainsi de retarder l’étape ultime, soit la prothèse totale (PTG).

La viscosuppléance est indiquée dans l’arthrose légère à modérée, où l’amélioration atteindrait près de 75%. Malgré des résultats moins convaincants  dans l’arthrose sévère, il demeure pertinent de l’essayer quand même, car l’étape suivante, la PTG, sera beaucoup plus invasive et laissera parfois des séquelles fonctionnelles qui compromettront la reprise de certaines activités physiques.

Les injections intra-articulaire de plasma riche en plaquettes (PRP) sont parfois utilisées. Elles seraient surtout efficaces chez les patients plus jeunes présentant un degré léger d’arthrose. Quant à l’injection intra-articulaire de cellules souches, les données préliminaires s’avèrent particulièrement prometteuses.

La PTG doit être retardée le plus possible à cause de sa durée de vie limitée (une quinzaine d’années chez les patients actifs) et d’un certain risque de complications. De nouvelles techniques chirurgicales visant à conserver l’angulation naturelle du genou permettent d’espérer de meilleurs résultats à long terme. Certains sportifs porteurs d’une PTG parviennent  à rester très actifs à condition, encore une fois, de sélectionner avec soin les activités appropriées.

Docteur Gauthier Michel J.