La capsulite à l’épaule

La capsulite adhésive est une condition caractérisée par une douleur et l’apparition progressive de restriction de mouvement à l’épaule.  Les critères de diagnostic sont une perte de mobilité de 25% à 50% dans au moins 2 plans de mouvement. Bien souvent, c’est l’abduction et la rotation externe qui seront le plus limitées. Les femmes âgées de 40 à 65 ans semblent être les plus affectées par cette pathologie. La capsulite débute par une inflammation de la synovie articulaire. Par la suite, une fibrose de la capsule survient ce qui contribue à diminuer la mobilité de l’épaule.

Les facteurs qui peuvent déclencher une capsulite sont variables;

  • Idiopathique : Aucune cause connue
  • Problème de santé : Diabète, Parkinson, Trouble hormonal
  • Trauma : Chute, fracture, Hernie cervicale, opération
  • Pathologie à l’épaule : Tendinite, calcifications, arthrite/arthrose, Bursite

La capsulite est une condition qui tend à se résorber naturellement en 6 mois à 2 ans. Toutefois, la condition peut persister plusieurs années et il est possible de conserver certaines séquelles de cette condition, dont une perte de mobilité à l’épaule. Il a été démontré que la physiothérapie est bénéfique pour réduire la douleur associée à cette condition, améliorer la mobilité et améliorer la fonction.

Présentation clinique

La capsulite se présente généralement par une diminution de mobilité progressive à l’épaule qui s’établit sur quelques mois. Au départ, la douleur est ressentie en fin de mouvement, mais peut ensuite s’étendre sur la majeure partie du mouvement. La douleur peut également être ressentie la nuit et nuire à la qualité du sommeil. Les patients se présentant en clinique mentionnent souvent avoir des difficultés avec les tâches qui s’effectuent au-dessus de la tête ou derrière le dos tel qu’attacher un soutien-gorge, s’habiller, se peigner, etc.

La capsulite se présente en 3 phases

1.Phase préadhésive et de gel
Réaction inflammatoire et formation des adhérences. Apparition de la douleur et perte progressive de la mobilité. Irritabilité importante et sommeil perturbé

2.Phase gelée
Inflammation et douleur diminuent lentement ce qui laisse place à des fibroses et une diminution de mobilité importante. Irritabilité modérée.

3.Phase de décongélation
Augmentation progressive de la mobilité avec douleur minime. Irritabilité faible.

Traitement en physiothérapie

Une évaluation en physiothérapie est importante dans les cas de douleur à l’épaule afin de déterminer la structure en cause. Lors de la séance, le physiothérapeute observera votre posture, vérifiera vos amplitudes articulaires, votre force musculaire et la mobilité spécifique des articulations de l’épaule. Si vous avez une capsulite, il sera alors important de déterminer à quel stade de cette dernière vous êtes. Par la suite, le physiothérapeute pourra vous expliquer la suite du plan de traitement.

Si vous êtes dans les deux premières phases de la capsulite, les objectifs de traitements seront de soulager la douleur, de mobiliser les articulations afin de maintenir la mobilité, de maintenir la force musculaire et d’optimiser la fonction. Pour ce faire, des mobilisations actives assistées et passives, de l’électrothérapie, de la thérapie manuelle et de l’éducation seront employées.

La phase de décongélation quant à elle nécessitera un traitement plus agressif afin de regagner la mobilité. Étant donné que cette phase est moins douloureuse, les traitements seront mieux tolérés. Le physiothérapeute pourra alors employer des mobilisations passives afin d’étirer les tissus mous, de la thérapie manuelle avec des grades plus élevés et du renforcement à l’aide d’élastiques.

Peu importe le stade auquel vous êtes, votre physiothérapeute vous enseignera un programme d’exercices à effectuer quotidiennement à domicile.

Traitements médicaux

Le traitement de la capsulite débute généralement par une approche conservatrice composée de physiothérapie et de médication afin de contrôler la douleur. Toutefois, lorsque la capsulite persiste, différents traitements médicaux peuvent être envisagés. L’infiltration de cortisone permet entre autres de diminuer la douleur et l’inflammation. Elle sera utilisée après 3 à 6 semaines de traitements conservateurs. L’arthrographie distensive est une autre approche qui vise à infiltrer une solution saline dans l’épaule ce qui applique une pression sur la capsule et permet de l’étirer. Il est important de consulter en physiothérapie immédiatement après l’arthrographie (moins de 24-48h) afin de mobiliser l’épaule et de profiter des effets de l’infiltration.

Ainsi, si vous ressentez de la douleur à l’épaule associée à une perte de mobilité, n’attendez pas pour consulter votre physiothérapeute. Ce dernier vous prendra en charge afin de guérir le plus rapidement possible cette condition.